Comment l’Etat ivoirien entend renforcer l’Etat de droit et la justice en Côte d’Ivoire - Ivoire-Juriste

Soyez les bienvenus sur Ivoire-Juriste ! Votre Blog entièrement consacré à l'actualité juridique et à l'enseignement du Droit Ivoirien !



Les pages les plus consultées :

■ Droit Administratif ■ Droit Constitutionnel ■ Documents de Méthodologie ■ Téléchargement ■ E-boutik


Comment l’Etat ivoirien entend renforcer l’Etat de droit et la justice en Côte d’Ivoire

16/02/2019

Comment l’Etat ivoirien entend renforcer l’Etat de droit et la justice en Côte d’Ivoire
Faire de la Côte d’Ivoire un pays où le droit est connu et respecté par tous, un Etat avec une justice impartiale et ouverte à tous.

Cette question a fait l’objet de la cérémonie d’ouverture de la conférence sur « l’État de droit, justice et développement », avec pour thème principal « Accès et intégrité - Approches pour un État de droit fort en Afrique », le lundi 4 février 2019, à l’hôtel Azalaï, à Abidjan.

La cérémonie fut présidée par le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Sansan KAMBILE.

Cette rencontre, organisée par la coopération Allemande, vise à associer la question d’intégrité judiciaire et celle de l’accès à la justice dans les pays Africains.

Son Excellence Michael GRAU, Ambassadeur d’Allemagne en Côte d’Ivoire a salué la présence du Dr. Maria FLACHSBARTH, Secrétaire d’État parlementaire au ministère fédéral de la coopération économique et du développement BMZ d’Allemagne, et d’éminents Magistrats venus d’horizons divers d’Afrique et d’Europe. Il a indiqué que son pays soutient « un pouvoir judiciaire juste, objectif, indépendant, responsable devant la loi et envers les citoyens » en Côte d’Ivoire.

« Dans cette optique, le Gouvernement ivoirien a pris le décret n° 2016-781 du 12 octobre 2016 sur l’assistance judiciaire pour décentraliser les services de l’assistance judiciaire dans toutes les juridictions du pays, permettant ainsi aux personnes se trouvant dans les contrées éloignées d’avoir accès à la justice, sans que les contraintes financières constituent un obstacle » a souligné le Garde des Sceaux, dans son allocution d’ouverture.

Il a conclu en remerciant les organisateurs et en souhaitant qu’au sortir des travaux, les participants, sortent des résolutions pertinentes dont la mise en œuvre permette aux pays africains de renforcer l’État de droit et la Justice.









AJOUTER UN COMMENTAIRE