Projet de loi sur la presse : L'intention réelle du gouvernement ivoirien - Ivoire-Juriste

Soyez les bienvenues sur Ivoire-Juriste ! Votre Blog entièrement consacré à l'actualité juridique et à l'enseignement du Droit Ivoirien !


Les pages les plus consultées :
■ Droit Administratif ■ Droit Constitutionnel ■ Documents de Méthodologie ■ Téléchargement ■ E-boutik

POUR VOS COURS DE PREPARATION AU CONCOURS ENA ET INFJ (MAGISTRATURE - GREFFE) APPELEZ VITE AU +225 87507397


Projet de loi sur la presse : L'intention réelle du gouvernement ivoirien

14/07/2017

Projet de loi sur la presse : L'intention réelle du gouvernement ivoirien


Le récent projet de loi relatif au régime juridique de la presse à beaucoup fait parler de lui. Et a vite été considéré par certains acteurs de la presse comme une menace.

C'est pourquoi le gouvernement s'est encore penché sur la question, afin d'y apporter plus de lumières et de rassurer les journalistes.

Cliquez ICI pour télécharger le Projet de loi portant régime juridique de la presse.

« A aucun moment, le gouvernement n’a cherché à aggraver la situation des journalistes », a-t-il indiqué le ministre Bruno Koné, en expliquant que ce nouveau projet de loi est plus souple que la précédente armature juridique de la presse qui date de 2004. « Entre le texte de 2004 et celui de 2017, il n’y a pas un seul point sur lequel on peut estimer que la situation est aggravée pour les hommes de presse », a assuré le ministre.

Projet de loi sur la presse : Le gouvernement ‘’ne cherche pas à faire peur aux journalistes ’’

Le ministre Bruno Koné a expliqué ce jeudi 13 juillet, le bien-fondé du projet de lois portant régime de la presse et de la communication audiovisuelle. Invité des rédactions de Fraternité Matin, le ministre de tutelle a expliqué que le gouvernement est loin de chercher à « faire peur aux journalistes ». Il a estimé que cette loi régule au mieux la presse, dans l’intérêt général de la population.

À propos de l’article 90 du nouveau projet de loi qui a fait couler beaucoup d’encres et de salive, le ministre a ironisé en affirmant que si les journalistes le rejettent, « nous allons proposer qu’on le retire et que le journaliste soit soumis au code pénal ».

À titre de rappel, l’article 90 prévoit « l’emprisonnement d’un à cinq ans et une amende de 300 000 à 3 millions de Fcfa, pour quiconque, porte atteinte à la sûreté de l’État, fait l’apologie des crimes de guerre et contre l’humanité, incite au vol, pillage, meurtre, violence, à la xénophobie, haine sous ses formes, par voie de presse ».

« Le secteur de la communication à l’heure des mutations ». Tel est le thème sur lequel le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Poste s’est penché dans le cadre de l’ « Invité des rédactions » du groupe Fraternité Matin.



SOURCE : FratMat







AJOUTER UN COMMENTAIRE