Le droit Pénal ivoirien face à la criminalité transnationale organisée (protection de la faune et à la flore) - Ivoire-Juriste

Soyez les bienvenues sur Ivoire-Juriste ! Votre Blog entièrement consacré à l'actualité juridique et à l'enseignement du Droit Ivoirien !


Les pages les plus consultées :
■ Droit Administratif ■ Droit Constitutionnel ■ Documents de Méthodologie ■ Téléchargement ■ E-boutik

Le droit Pénal ivoirien face à la criminalité transnationale organisée (protection de la faune et à la flore)

29/07/2017

Le droit Pénal ivoirien face à la criminalité transnationale organisée (protection de la faune et à la flore)









La criminalité transnationale organisée, s’appuie sur des structures logistiques internationales hautement organisées. Elle empiète sur les frontières nationales et régionales, en s'appuyant sur des réseaux criminels internationaux bien établis. Exemple : Trafics de drogues, d'arme, d'organes d'animaux...

Concernant le trafic sur certains organes d'animaux protégés, huit personnes en possession de trois tonnes d'écaille de Pangolins (espèce en voie de disparition) ont été interpellés dans la nuit de mardi à mercredi à Abidjan.

Ce sont huit trafiquants en possession de trois tonnes d’écailles de pangolins qui devraient rapporter environ 700 millions de FCFA en Asie qui ont été arrêtés par l’Unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT), a appris APA jeudi de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.

Ces trois tonnes d’écailles représentent 4.000 pangolins, tués en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Libéria, selon Adama Kamagaté de l’organisation Eagles de défense de la flore et des faunes.

‘’C’est vrai que nous sommes sur le terrain pour arrêter les trafiquants, mais nous ne pouvons pas le faire seul. Les pangolins sont en voie de disparition avec les dernières estimations. Pour avoir donc trois tonnes, il faut abattre 4 000 pangolins, imaginez, combien sont destinés à l’exportation ? ’’A-t-il questionné.

Selon Adama Kamagaté, la condamnation en Côte d’Ivoire concernant les peines d’emprisonnement relatives à la faune et à la flore n'est pas assez conséquente.

‘’C’est le moment de lancer un appel aux législateurs ivoiriens à se pencher sur la question de sorte à durcir notre loi. Au Cameroun par exemple, quand le Projet a commencé, c’était 1 an d’emprisonnement, seulement 20.000 frs d’amende. 

Et avec l’opération que j’ai menée là-bas, ils peuvent passer de 1 an à 5 ans d’emprisonnement ferme. Également le Togo, la Guinée, le Sénégal où ils peuvent aller à 3 ans d’emprisonnement ferme’’ a-t-il poursuivi dans son entretien à APA.

L’ONG Eagles, est une organisation d’origine américaine implantée dans 10 pays en Afrique pour lutter contre les trafics de faune et de flore. Elle est présente en Côte d’Ivoire depuis mai 2017 et à déjà réussi deux opérations de saisie avec l’aide de l’Unité de lutte contre la criminalité transnationale (UCT).


SOURCE : APA-New






AJOUTER UN COMMENTAIRE