Éradication de l'apatridie en Côte d'Ivoire, un objectif du Ministère de la Justice et du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) - Ivoire-Juriste

Soyez les bienvenues sur Ivoire-Juriste ! Votre Blog entièrement consacré à l'actualité juridique et à l'enseignement du Droit Ivoirien !


Les pages les plus consultées :
■ Droit Administratif ■ Droit Constitutionnel ■ Documents de Méthodologie ■ Téléchargement ■ E-boutik

Éradication de l'apatridie en Côte d'Ivoire, un objectif du Ministère de la Justice et du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR)

13/12/2016

Éradication de l'apatridie en Côte d'Ivoire, un objectif du Ministre de la Justice et du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR)


L'apatridie désigne l'état d'une personne qui n’a ni patrie ni nationalité. 

Causes de l'apatridie en Afrique de l'Ouest


« L’apatridie survient à la naissance, et même plus tard, dans la vie, pour des raisons techniques, administratives et politiques, en Afrique de l’Ouest où nous avons sillonné plusieurs pays », a affirmer Mme Emmanuelle Mitte, formatrice principale du Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés (Unhcr), en donnant les différentes causes de l'apatridie dans la zone CEDEAO.

Pour elle, ce phénomène est dû à plusieurs défaillances législatives dans ces pays de l'Afrique de l'Ouest. 

Conséquences de l'apatridie en Afrique de l'Ouest


Les conséquences de ce phénomène sont nombreuses. Il peut s'agit entre autres des enfants retrouvés qui ne bénéficient pas de pièces administratives, de non acquisition de la nationalité par le fait de la naissance sur le territoire d’un étranger, et également de la discrimination (l’absence de droit de la femme dans certains pays). (Source : infodrome )

C'est pourquoi le Ministère de la Justice et le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) ce sont donnés pour mission d'éradiquer ce phénomène plus particulièrement en Côte d'Ivoire, avant fin 2024.

En effet, Le jeudi 1er décembre 2016, le Directeur de Cabinet du Ministre de la Justice, Monsieur COULIBALY Mahomed Vabé a, au nom de Monsieur le Garde des Sceaux, Sansan KAMBILE, accusé réception d’un Plan indiquant les lignes directrices à suivre pour l’éradication de l’Apatridie en Côte d’Ivoire. Restitué par le point focal gouvernemental sur l’apatridie, Monsieur KOREKI Paul, par ailleurs Conseiller Technique du Ministre de la Justice, la remise de ce document intitulé « Plan d’Action National de la Côte d’Ivoire pour l’Éradication de l’Apatridie avant fin 2024 », a eu lieu en présence du Représentant du Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) en Côte d’ivoire, Monsieur Mohamed Askia TOURE et du Représentant du Ministre des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, Monsieur BAKAYOKO Ibourahema, Directeur de la Protection des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques.

Monsieur COULIBALY Mahomed Vabé a traduit la profonde gratitude du Ministère de la Justice à l’endroit du HCR qui a permis, à travers son soutien en expertise humaine et en appui financier, l’élaboration de ce plan d’action qui fera l’objet d’une communication, en conseil des ministres, présentée par le ministère de la Justice, conjointement avec le ministère des Affaires Étrangères et celui des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques, concernés par la problématique de l’apatridie, eu égard à leurs attributions respectives. 

Il a également souligné que l’adoption de ce plan par les autorités gouvernementales ivoiriennes sera un pas de plus dans les actions déjà menées pour la réduction des cas d’apatride, ainsi que dans les décisions prises dans la déclaration dite d’Abidjan, signée en février 2015, à l’issue de la Conférence Régionale Ministérielle sur l’Apatridie en Afrique.

Il faut le rappeler, cette déclaration ministérielle contient 25 mesures tendant à mettre fin à l’apatridie. Elle a été entérinée, le 19 mai 2015, par les Chefs d’État et de Gouvernement des 15 Etats-membres de la CEDEAO, à Accra au Ghana.

Le Directeur de Cabinet a remis officiellement un exemplaire de l’ouvrage au Représentant du HCR en Côte d’Ivoire, qui à son tour, prenant la parole, a félicité le ministère de la Justice et le ministère des Droits de l’Homme et des Libertés Publiques pour leur engagement à éradiquer l’apatridie d’ici 2024.









AJOUTER UN COMMENTAIRE