Les raisons d'une nouvelle constitution ivoirienne selon Daniel Kablan Dunkan - Ivoire-Juriste

Soyez les bienvenues sur Ivoire-Juriste ! Votre Blog entièrement consacré à l'actualité juridique et à l'enseignement du Droit Ivoirien !


Les pages les plus consultées :
■ Droit Administratif ■ Droit Constitutionnel ■ Documents de Méthodologie ■ Téléchargement ■ E-boutik

Les raisons d'une nouvelle constitution ivoirienne selon Daniel Kablan Dunkan

27/09/2016

Les raisons d'une nouvelle constitution ivoirienne selon Daniel Kablan Dunkan







M. Daniel Kablan Dunkan a récemment été interrogé par un journaliste de la RFI, Christophe Boisbouvier, au sujet de la question du projet constitutionnel décidé par le président ivoirien.

Le Premier Ministre Daniel Kablan Dunkan nous éclaire sur les raisons d'une nouvelle constitution ivoirienne. Selon lui le président Alassane Ouattara et son aîné Henri Konan Bédié, travaillent dans l'objectif de donner à la Côte d’Ivoire une constitution moins « conflit-gène » que celle de 2000. Pour l’essentiel, ils ont proposé un poste de vice-président de la République.

Deuxième point, c’est avoir un système bicaméral avec un Sénat [aux côtés de l’Assemblée nationale], créer de nouvelles institutions, notamment la Chambre des Rois, mais surtout donner d’avantage de droits : droit à l’éducation, droit à la santé, des droits garantis.

Qui est-ce qui sera le dauphin de la Nouvelle constitution si ce texte constitutionnel passe ? Serait-ce toujours Guillaume Soro ?

Le Premier ministre ne donne pas de réponse satisfaisante concernant cette problématique. "En principe, le texte doit prévoir que le président de la République doit, dans le cadre des élections nouvelles, se présenter avec le vice-président, de manière à permettre au ticket de gérer la Côte d’Ivoire. (...), ça fait partie des discussions qui ont lieu actuellement, le président de la République pourrait désigner à ce moment-là un vice-président, mais la décision n’a pas encore été prise.

Il ne précise pas non plus le mode de désignation du vice-président. Ce dernier sera-t-il nommé par le président ou élit par le peuple. Cette question selon Kablan Dunkan n'a pas encore été éclairée et fait toujours objet de discutions.

L'on peut toutefois constater qu'a un moi du référendum constitutionnel, le projet définitif n’est toujours pas connu par les Ivoiriens.

"Alors trois semaines seulement pour débattre de la prochaine loi fondamentale, est-ce que c’est bien sérieux ? ", Christophe Boisbouvier interrogait ainsi le premier ministre.

M. Dunkan qui réplique : "je pense que vous n’avez pas la bonne information puisque le président de la République a déjà rencontré tous les corps concernés, que ce soit les partis politiques déjà, les religieux, la société civile… 

En fait, tous ceux qui comptent au niveau de la Côte d’Ivoire. Et il les a invité à pouvoir fournir leurs observations. Ce que la plupart ont fait d’ailleurs. Ils l'ont fait au niveau du comité des experts, en attendant la décision au niveau du président de la République et du gouvernement. Une fois que tout sera fait, il y aura une réunion du Conseil du gouvernement, suivie d’une réunion du Conseil des ministres et ensuite le dossier ira à l’Assemblée nationale."

À l'heure actuelle, les débats sur ce projet constitutionnel font encore grand bruit, surtout dans le camp des opposants. En effet, ces derniers ne ménagent pas leur mécontentement.


SOURCE : RFI






AJOUTER UN COMMENTAIRE