Reforme constitutionnelle : Alassane Ouattara veux en finir avec le concept d'ivoirité - Ivoire-Juriste

Soyez les bienvenues sur Ivoire-Juriste ! Votre Blog entièrement consacré à l'actualité juridique et à l'enseignement du Droit Ivoirien !


Les pages les plus consultées :
■ Droit Administratif ■ Droit Constitutionnel ■ Documents de Méthodologie ■ Téléchargement ■ E-boutik

Reforme constitutionnelle : Alassane Ouattara veux en finir avec le concept d'ivoirité

07/07/2016

Reforme constitutionnelle : Alassane Ouattara veux en finir avec le concept d'ivoirité

Ce concept existe-t-il réellement en Côte d'Ivoire, pays souvent qualifié d'hopitalier ? Si oui, serait-il facteur de division sociale ?

La décision du Président de la République de rédiger une nouvelle constitution pour la Côte d'Ivoire ouvrira certainement une nouvelle ère dans l'histoire politique du pays.


Alassane Ouattara entend moderniser la loi fondamentale ivoirienne. Pour se faire, il compte en finir avec l'ivoirité et stabiliser les institutions.

Pour lui, le concept d'ivoirité serait l'élément principale qui empêche l'union des fils et filles du pays. Que sera le contenu de cette nouvelle loi fondamentale ?

En effet, on pourrait penser que l'ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny, écarté à deux reprises de la course à la présidentielle pour « nationalité douteuse » sur la base de textes fabriqués sur-mesure par ses adversaires (code électoral pour l’élection de 1995, Constitution pour celle de 2000), tenait enfin sa revanche. Revanche ou pas ce projet du Président de la République est beaucoup critiqué.

Déjà, plusieurs acteurs politiques de l'opposition expriment leurs désaccords, considérant le projet du référendum constitutionnel suggéré récemment par Ouattara, comme anti-constitutionnel et contraire à la bonne gouvernance.

Alors, Alassane Ouattara tâtonne. Il réfléchit, consulte et hésite, tant sur la méthode que sur le fond. Que sera le contenu de cette nouvelle loi fondamentale ? La question reste encore poser.

Continuer la lecture sur : Jeune Afrique...






AJOUTER UN COMMENTAIRE