Diplomatie ivoirienne : Traité d’Amitié et de Coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso - Ivoire-Juriste

Soyez les bienvenues sur Ivoire-Juriste ! Votre Blog entièrement consacré à l'actualité juridique et à l'enseignement du Droit Ivoirien !


Les pages les plus consultées :
■ Droit Administratif ■ Droit Constitutionnel ■ Documents de Méthodologie ■ Téléchargement ■ E-boutik

Diplomatie ivoirienne : Traité d’Amitié et de Coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso

26/07/2016

Diplomatie ivoirienne : Traité d’Amitié et de Coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso


En prélude à la 5e conférence au sommet du Traité d’Amitié et de Coopération Côte d’Ivoire – Burkina Faso, qui s’ouvre demain mercredi 27 juillet 2016, Yamoussoukro, les experts des deux pays planchent, depuis hier, lundi 25 juillet 2016, à l’hôtel des parlementaires dans la capitale politique et administrative ivoirienne, sur les dossiers brûlants qui seront soumis aux chefs d’État.

À l’ouverture des travaux, l’ambassadeur Pascal Batjobo, ambassadeur, directeur général des relations bilatérales du ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des burkinabé de l’extérieur, a situé le contexte de cette rencontre. 

Il a indiqué qu’elle s’inscrit en droite ligne de l’esprit de l’alinéa 2 de l’Article 1 dudit protocole qui dispose que « le comité conjoint est chargé d’examiner périodiquement les décisions et recommandations prises dans le cadre du Traité d’Amitié et de Coopération ». En effet, le 31 juillet 2014, s’est tenue à Ouagadougou, la quatrième Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération. 

Elle a été l’occasion pour les deux (02) gouvernements de consolider les bases de la coopération et de la fraternité entre leurs peuples. Cette Conférence a été sanctionnée par la signature d’importants accords et la prise de décisions et recommandations dont le protocole d’accord portant création d’un comité conjoint de suivi et d’évaluation des décisions et recommandations du Traité d’Amitié et de Coopération qui lie les deux pays. Deux (02) années après la tenue de la quatrième Conférence, il est nécessaire de faire le bilan de l’état d’avancement de l’exécution des décisions et recommandations qui en sont issues.



LIRE LA SUITE SUR : Abidjan.net





AJOUTER UN COMMENTAIRE